BOGOTA, VILLA DE LEYVA & LA RÉGION ANDINE CENTRALE

BOGOTA

La capitale, est accessible par des nombreux vols quotidiens au départ de l’Europe. Air France propose des vols directs au départ de Paris. Iberia, Air Europa via Madrid. Tap Portugal via Lisbonne.

A noter qu’il est possible de réaliser des beaux combinés Colombie/Panama , pays historiquement liés. Panama Ciudad est accessible par des vols quotidiens au départ de Bogota et de Carthagène.

Entourée par les Andes, Bogota vit actuellement le boom économique de la Colombie. C’est une ville pour découvrir la partie ancienne , autour du quartier de la Candelaria et du Centro, mais également pour se promener dans la Zona Norte où restaurants et bars branchés et des immenses centres commerciaux composent l’âme contemporaine de la capitale.

A ne pas manquer :

  • Le quartier historique de la Candelaria – pour admirer demeures coloniales et républicaines et très bien restaurées. Les églises de la Virgen del Carmen et de San Agustin méritent la visite.
  • La place Bolivar – cœur historique et emblématique de la ville où se dressent la Cathédrale et la Chapelle del Sagrario, bijou baroque richement décoré. Sur la grande esplanade, toujours animée, la population de Bogota se donne rendez-vous à l’heure du déjeuner…
  • Le musée d’Art sacré idéalement installé dans l’ancien couvent de Santa Clara.
  • Le musée Botero installé dans une demeure républicaine abrite une importante collection d’œuvres du célèbre peintre colombien.
  • Le musée de l’Or – la visite incontournable de Bogota. Il s’agit du plus précieux musée consacré aux bijoux et objets rituels en or précolombiens de l’Amérique latine. Plus de 30000 pièces exposées dans les règles de l’art après la restauration du musée. Il vaut mieux éviter les visites les dimanches à cause des fortes affluences.
  • La Vierge de Monserrate - situé sur une montagne andine ( à 3000m d’altitude), l’église consacrée à la Vierge est un lieu de haut pèlerinage. Le sanctuaire est accessible par funiculaire et offre une vue totale sur la ville.
  • La Zona Rosa ( Zona Norte) - une promenade dans la Zona T entièrement piétonne pour rencontrer les colombiens dans les bars et restaurants ou en train de faire leur shopping…
  • Une promenade en vélo est toujours possible notamment les dimanches quand les rues principales du centre deviennent le paradis des cyclistes. Le vélo, rappelons-le, est une passion nationale en Colombie.

AU DÉPART DE BOGOTA, VERS LES ANDES

La région andine proche de Bogota est très verdoyante et ponctuée de lacs. Les routes sont de très bonne qualité et trois lieux sont à ne pas manquer :

Zipaquira - petite ville de province à une heure de Bogota , aujourd’hui célèbre pour le monument appelée la « Cathédrale de sel » , ex-voto construit dans les années 50 par des mineurs   pour remercier un miracle de la Vierge.

Il s’agit d’une mine de sel qui n’est plus en activité et dont les galeries ont été transformées en chapelles chacune racontant un moment de la passion du Christ.

La Cathédrale a été magnifiquement illuminée par Philips.

Tunja – la capitale de la province de Boyaca se visite à partir de la place Bolivar.

La Cathédrale Santiago de Tunja – construite au XVIe siècle dans un style qui mélange Renaissance et Mudéjar ( arabo-andalou).

L’église de Santo Domingo et la Chapelle de Notre Dame du Rosaire – deux exemples majeurs de l’art sacré baroque de la Colombie. Les retables y sont exceptionnels.

Maison de Don Juan de Vargas – XVIIe siècle – Coup d’œil dans les salons de la demeure coloniale où un plafond peint avec une composition fantastique mélangeant animaux africains , figures mythiques et symboles chrétiens

Villa de Leyva - la plus belle ville coloniale de la Colombie enchante par ses demeures blanches , ses rues pavées et ses monuments religieux. Ville d’histoire, ville de séjour, la cité coloniale conserve son patrimoine architectural presque intact depuis le XVIIIe siècle.

C’est l’ancien lieu de villégiature des nobles et des riches familles de Bogota attirés par la beauté des paysages andins et le climat.

Villa de Leyva se visite à pied et le meilleur point de départ est la Plaza Mayor, immense place ( 14000m2) où se dresse l’église Paroquial.

Tous les samedis a lieu un petit marché dans la ville.

Autour de Villa de Leyva :

Le Parc Archéologique de Monquira, El Infernito – site sacré des Muiscas , seigneurs de cette région.

Le couvent Ecce Homo – fondé en 1620 , le monument est isolé sur le désert.

Le couvent du désert de la Candelaria – édifié au XVIIe siècle , il abrite une importante collection d’œuvres historiques. Jardins et cours remarquablement décorées.

LA RÉGION DU CAFÉ

A l’ouest de la Colombie et à une heure par vol de Bogota, se situe la Zona cafetera, la région des plantations du café ponctuée de villages pittoresques et entourée d’une magnifique Nature sauvage et préservée. Cette région fait partie du patrimoine de l’Unesco et reste l’unique lieu de l’Amérique latine où il est possible de visiter des plantations de café.Les villes d’accès à la Zona Cafetera sont :

Manizales

A visiter :

  • Le musée de l’Or Quimbaya qui abrite une belle collection de poteries et de pièces en or de la culture Quimbaya.
  • A Aguadas et à Chinchina – visite des plantations de café avec dégustation dans un environnement naturel spectaculaire des Andes.

Pereira

C’est la capitale du Triangle du café , entourée de parcs où il est possible de réaliser des randonnées au cœur de la Nature et observer faune et flore. Le plus important est sans doute le Sanctuaire Otun Quimbaya, où l’étonnante forêt andine s’étale sur les montagnes. Point d’observation d’oiseaux et des petits mammifères et du palmier à cire, l’arbre symbole de la Colombie.

ArmeniaLa ville possède également un musée consacré à la culture Quimbaya.

C’est le point de départ idéal pour réaliser des voyages axés sur l’écotourisme vu les beaux parcs facilement accessibles ;

Depuis 1850 cette région appelée Antioquia a été consacrée à la plantation de café colombien.

Des petits villages ont été fondés dans la région pour héberger les cultivateurs des plantations proches comme par exemple le charmant Salento, à environ 3O minutes d’Armenia.

Les maisons y sont typiques et colorées et on peut y goûter de très bons cafés de la région.

Nombreuses plantations ouvrent leurs portes pour une visite technique.

Toutefois la Fédération des Producteurs de Café de Colombie a créé le Parc National de Café où le visiteur peut découvrir tout le processus de production, de la cueillette des grains à la torréfaction des grains.

CARTHAGÈNE, SANTA MARTA & MER DES CARAÏBES

CARTHAGÈNE DES INDES

 

Classée au patrimoine de l’humanité de l’Unesco, Carthagène est la « séduction incarnée » ! Il est nécessaire au moins 3 jours complets pour visiter les beautés de la citadelle, vivre l’ambiance festive des rues et des places et plonger dans son riche passé historique.

Le site où Carthagène a été construite est déjà fabuleux : la mer des Caraîbes, ponctuée de petites iles paradisiaques , est omniprésente et encercle plusieurs langues de terre où la ville s’étend. Fondée au XVIe siècle et enrichie par le trafic d’esclaves Noirs, la ville a connu un développement économique et culturel jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Plusieurs fois attaquée par les pirates et des corsaires, Carthagène a été fortifiée et entourée de remparts ce qui a aidé à la préservation de son admirable patrimoine.

A ne pas manquer :

A l’intérieur de la ville fortifiée :

  • Une promenade en calèche à travers rues et places pour admirer les demeures séculaires avec leurs balcons fleuris.
  • La visite de l’église et monastère consacré à San Pedro Claver, missionnaire jésuite qui a vécu à Carthagène et qui a travaillé pour l’abolition de l’esclavage.
  • Le musée consacré à lInquisition qui a été particulièrement cruelle dans la ville.
  • L’église de Santo Domingo , bijou baroque, situé face à la place du même nom où jour et nuit une foule se réuni pour prendre un verre et écouter de la musique , la fameuse « salsa colombiana ».
  • Le théâtre Heredia construit dans le style républicain début XXe siècle, lieu du festival de musique de Carthagène en début d’annéé.
  • Les places de Bolivar et de la Douane sans oublier la belle porte de l’Horloge.

 

Autour de la ville fortifiée

  • La forteresse San Felipe Barajas , prouesse de l’architecture militaire espagnole du XVIIe siècle.
  • Le monastère de la Popa édifié sur une colline qui domine la ville et l’entrée maritime de Carthagène. Dans la chapelle se trouve l’image miraculeuse de la Vierge de la Candelaria , sainte patronne de la ville.

VERS LA MER DES CARAÏBES

 

Promenade en bateau pour visiter l’archipel du Rosaire.

On peut y séjourner.

Visite de la forteresse Bochachica à l’entrée de la baie de Carthagène.

Séjour dans l’île de Bantu

 

AU DÉPART DE CARTHAGÈNE :

Barranquilla – cette ville à deux heures de Carthagène, mérite la visite surtout pendant la période du Carnaval ( février ou mars selon les années).

Il y a également un musée - Casa de Carnaval - consacré à cette fête qui est classée dans le patrimoine de l’Unesco par son importance historique.

Costumes, masques , musique sont issus des cultures africaines, indigènes et espagnoles.

Santa Martaà quatre heures de Carthagène par une très belle route , la ville de Santa Marta est la station balnéaire favorite des colombiens.

Hôtels, restaurants, bars sont très nombreux et l’ambiance est toujours très festive et animée.

Le grand intérêt touristique de Santa Marta est sans doute le Parc National Tayrona, distant une heure et demie du centre-ville et paradis écologique unique en Amérique latine.

Formé par les montagnes de la Sierra de Santa Marta à plus de 2000 m d’altitude qui plongent sur le littoral baigné par la mer des Caraîbes, le parc est une niche naturelle sans pareil.

La faune et la flore andine et caraïbe se côtoient et peuvent être observées à travers des jolies promenades, randonnées au cœur de la Nature encore préservée.

A noter que la Sierra était jadis la terre du peuple Tayrona dont les descendants y vivent encore.

LE SITE ARCHÉOLOGIQUE DE SAN AGUSTIN & LA RÉGION ANDINE SUD

Le site archéologique de San Agustin est accessible par bus ( environ 10 heures de route) ou par vol jusqu’à Neiva ou Popayan plus la route (environ 5 heures de trajet).

La découverte de ce joyau de la culture pré colombienne en Amérique latine mérite ce long temps de transport.

Classé dans le patrimoine de l’humanité depuis 1995 le site s’étend sur les montagnes andines de basse altitude couvertes d’une épaisse végétation.

D’après les études archéologiques, le site est composé de tumuli funéraires imposants et le peuple qui les a bâti reste inconnu.

C’est pour cela qu’on appelle le site de San Agustin , nom du village très proche.

A pied ou à cheval, la visite du site exige un long temps de marche dans un décor impressionnant : sur des immenses plateformes construites sur le flanc des montagnes se dressent des statues en granit qui peuvent atteindre plus de 2 m de haut.

Il est indispensable de visiter le musée archéologique à l’entrée du parc pour comprendre un peu plus sur la civilisation qui a vécu dans cette région.

Le site est composé de plusieurs endroits sacrés : les mesitas, le bois des statues, la colline de Lavapatas et la fontaine de Lavapatas, ruisseau consacré à des bains rituels.