ENTRETIENS

Gustavo J. Segura Sancho, Ministre du tourisme du Costa Rica – Président Exécutif de l’Institut Costaricien du Tourisme

Visit Latin America : Quelle est la situation actuelle du tourisme au Costa Rica et quelles sont les prochaines étapes pour la relance du tourisme ?

Gustavo J. Segura Sancho, Ministre du Tourisme du Costa Rica - Président Exécutif de l'Institut Costaricien du Tourisme

Gustavo J. Segura Sancho, Ministre du Tourisme du Costa Rica – Président Exécutif de l’Institut Costaricien du Tourisme

L’arrêt brutal de l’activité touristique en raison de la pandémie a causé beaucoup de souffrance dans tout le pays. La COVID-19 a gravement affecté l’économie du Costa Rica, laissant de nombreux travailleurs sans emploi et sans salaire pendant plusieurs mois. Le plus grand défi a été de réactiver l’industrie du tourisme afin de promouvoir la reprise économique du pays, en accordant toujours la priorité à la gestion de la santé. Bien que le tourisme national ait été un grand soulagement, en particulier le week-end, il ne représente que 10 à 15% du tourisme total. C’est pourquoi la reprise progressive du tourisme international est cruciale. En outre, le tourisme international a un impact social car il améliore la qualité de vie de milliers de personnes dans les régions côtières, rurales et montagneuses du Costa Rica. Notre modèle de développement touristique garantit que les touristes voyagent pour visiter différentes communautés, répartissant les revenus du tourisme entre des milliers des petites et moyennes entreprises, qui sont la pierre angulaire du tourisme de notre pays.

Nous avons entamé la réouverture des frontières aérienne et maritime en août et depuis le 1er novembre, l’entrée depuis tous les pays du monde est autorisée. Jusqu’à aujourd’hui, cette réouverture a été un succès car nous développons des protocoles très stricts et nous veillons à leur conformité. Presque toutes les compagnies aériennes qui desservaient notre territoire avant la pandémie, sont déjà revenues. Le gouvernement du Costa Rica a pris le coronavirus très au sérieux et, depuis son apparition, a réagi rapidement à la pandémie. La preuve en est que nous avons pu retarder la transmission communautaire de la COVID-19 pendant cinq mois, période pendant laquelle notre industrie du tourisme s’est préparée à la réouverture qui a commencé en août dernier. Aujourd’hui, tous les prestataires sont prêts avec des protocoles de santé qui ont été testés et qui seront renforcés si nécessaire ; toutes les activités touristiques sont opérationnelles. Nous n’avons pas un seul rapport de contagion du virus chez les touristes depuis que nous avons relancé la réception des voyages non essentiels.

Nous soutenons les différents acteurs de notre industrie du tourisme en les soutenant à court terme au niveau de leurs besoins psychologiques, physiques et financiers, sans perdre de vue la tâche à long terme consistant à faire en sorte que le Costa Rica continue d’être un acteur clé du tourisme international.

Nos prochaines étapes incluent le soutien d’un projet de loi qui créerait un nouveau modèle pour l’octroi de visas d’un an aux citoyens internationaux pour le télétravail depuis le Costa Rica. En outre, nous sommes très heureux d’un projet de loi qui favoriserait la production de séries du monde entier, de ”télé-réalité ” et de clips vidéo, entre autres produits audiovisuels au Costa Rica, attirant les investissements étrangers, créant des emplois et ayant un impact sur le secteur du tourisme dans le cadre de leurs objectifs.

De même, le gouvernement a promu un projet de loi visant à créer un fonds de garantie, qui permettrait aux entreprises touristiques d’obtenir des prêts auprès des banques commerciales.

Nous n’attendons pas les chiffres des arrivées internationales pour 2019 (3 ​​millions de touristes) depuis un certain temps, nous prévoyons une augmentation régulière au cours des prochains mois. Avec les mesures que nous avons mises en place, nous pourrions accueillir entre 800 et 900 000 touristes en 2021, ce qui permettrait à de nombreuses entreprises d’opérer à un point d’équilibre.

VLA : Le test PCR qui était auparavant exigé a été éliminé de la liste des documents à présenter lors de l’entrée au Costa Rica, pourquoi avez-vous pris cette décision ?

La décision de retirer le test RT-PCR de notre liste des conditions d’entrée dans le pays était due à plusieurs facteurs. En premier lieu, la gestion de la pandémie dans le pays a permis à nos hôpitaux d’augmenter la capacité de lits, à nos cliniques et hôpitaux de renforcer les soins primaires, et de développer et mettre en œuvre des protocoles de santé et de sécurité pour le secteur privé, avec l’un des taux de mortalité les plus bas de toute la région d’Amérique latine. En conséquence, le WTTC -World Travel and Tourism Council- nous a décerné la certification SAFE TRAVEL, reconnaissant les mesures de sécurité strictes de notre pays qui sont alignées et soutenues par des experts, tels que l’OMT et l’OMS. Deuxièmement, le 9 octobre, alors que nous demandions déjà le test RT-PCR depuis deux mois, l’Organisation panaméricaine de la santé a publié un rapport indiquant qu’elle ne recommandait pas l’utilisation de tests COVID-19 pour les voyages non essentiels, cela induisait un faux sentiment de sécurité.

Le Costa Rica offre une abondance d’expériences de voyage qui tournent autour de la nature et des activités de plein air, ce qui nous place dans une bonne position pour accueillir les touristes en toute sécurité dans le respect de la distanciation physique, tout en leur offrant des vacances agréables. Il était urgent de réactiver notre industrie du tourisme afin de relancer des milliers d’emplois et de relancer notre économie.

VLA : Vous avez fixé une capacité maximale pour les événements de 150 participants, quels seront les facteurs essentiels pour une réactivation du tourisme d’affaires dans le pays ?

Les décisions concernant la réouverture et les conditions dans lesquelles elle a lieu, y compris la capacité, sont dirigées par le Ministère de la Santé, l’organe directeur dans cette urgence sanitaire. Cette capacité de 150 participants, qui s’applique aux activités commerciales et universitaires et n’inclut pas le personnel logistique, est déjà une réussite car la réouverture de ce segment a été réalisée avec 75 participants. En d’autres termes, le nombre actuel est le double du chiffre initial et nous espérons pouvoir annoncer une nouvelle expansion à court terme. Le tourisme d’affaires se réinvente également en cas de pandémie, avec des événements hybrides qui mêlent virtualité et participation en face à face, de sorte que le chiffre de 150 n’implique pas de limitation. La réactivation de ce segment et de tous les autres dépend de la découverte d’un remède pour le COVID-19 ou du vaccin tant attendu pour redonner aux voyageurs la confiance nécessaire pour se rencontrer dans des espaces clos. Je suis sûr que les affaires en face à face reviendront, car bien que la virtualité nous ait permis de résoudre la distance physique obligatoire, toute personne qui a participé à des négociations au cours de sa vie professionnelle sait que rien ne remplace le contact humain.

VLA : Ces dernières semaines, le Costa Rica a innové dans sa communication, notamment lors de “Cocina como un Tico” pour le marché nord-américain et pour le marché français “Le Costa Rica, un sanctuaire de la vie raconté par…”, pouvez-vous nous parler de ces actions et de celles à venir ?

L’Office du tourisme du Costa Rica promeut une série de projets de communication spéciaux pour attirer nos meilleurs prospects d’Amérique du Nord et d’Europe. Étant donné l’importance de maintenir notre position alors que la concurrence internationale est agressive, les actions de publicité et de relations publiques n’ont pas cessé pendant les mois où notre frontière aérienne a été fermée au tourisme international. Avec la réouverture de la frontière aérienne, la promotion du Costa Rica s’est intensifiée, notamment en raison de la haute saison et en tirant parti de notre prestige international en tant que destination touristique durable à croissance limitée (sans foule) et en ajoutant le bien-être comme axe transversal. Les bases des différentes actions de la campagne “Only the Essentials”, appellent les valeurs essentielles de la vie et donnent une idée très pertinente dans la situation sanitaire.

Sur nos marchés d’intérêt, nous nous positionnons comme la destination que nous sommes, comme un sanctuaire de durabilité où le bien-être, la vie pure et notre personnalité amicale sont des modes de vie, qui font partie de notre ADN, et comme une destination sûre pour des vacances en période de pandémie parce que nous respectons strictement les protocoles sanitaires.

Sur le marché nord-américain, l’une des dizaines d’actions est précisément celle que vous mentionnez, l’événement virtuel « Cook like a tico », qui vise à positionner notre gastronomie différenciée aux États-Unis et au Canada. Les invités spéciaux ont dû relever le défi virtuel de préparer trois recettes de « tico » depuis leur domicile et sous le regard d’un chef costaricain expérimenté qui les a guidés pas à pas dans la préparation des plats. Dans cette “cuisine virtuelle” étaient présents des médias reconnus tels que Condé Nast Traveler, Travel & Leisure, Toronto Star, Canadian Traveller, Best Health, Forbes, Today, Shermans Travel, New York Post, Good Housekeeping, Smithsonian Magazine, Elle Canada, The Globe and Mail, Travel Weekly, Saveur, The Boston Globe, Matador Network, entre autres.  Les participants ont reçu une boîte surprise personnalisée contenant tous les ingrédients nécessaires à la préparation des recettes, un tablier avec la marque « Esencial Costa Rica », le livre « Costa Rica Cuisine and Traditions » et une planche à découper fabriquée par des artisans costariciens.

En Allemagne, nous avons déjà lancé la campagne “Costa Rica, ma destination sanctuaire durable”. Les promoteurs alliés pour transmettre ce message sont un groupe composé de personnalités allemandes de renom et tous ont en commun leur respect, leur lien et leur admiration pour le modèle de développement du tourisme au Costa Rica, dont l’axe transversal est la durabilité.

En Espagne, l’une des tactiques récentes a été un échange culturel de dix jours entre un célèbre artisan espagnol -Javier Sánchez Medina- et des artisans costaricains. Grâce à cette tactique promotionnelle promue par les TIC, Sánchez Medina lancera sa nouvelle collection d’artisanat en décembre devant un groupe sélectionné d’agents de voyage, de TO espagnols et de journalistes, qui verront le Costa Rica reflété dans un langage créatif, un moment dont nous profiterons pour communiquer sur les avantages de la destination en termes de durabilité et d’application des protocoles sanitaires. Sánchez Medina était également accompagné d’une équipe de journalistes du magazine Condé Nast Travel España, qui a couvert pas à pas la chronologie de cette expérience unique. Le résultat a été un rapport de 10 pages, un encart spécial sur l’artisanat et les attractions touristiques de notre pays, et le respect des protocoles sanitaires dans chacune des destinations visitées.

VLA : Quel message souhaitez-vous adresser aux professionnels du tourisme ?

Le modèle de développement touristique avec lequel le Costa Rica s’est fait connaître dans le monde est toujours intact. Nous sommes une destination différenciée et un leader en matière de tourisme durable. En 2020, notre secteur du tourisme s’est adapté pour garantir la sécurité sanitaire de nos visiteurs et nous sommes toujours prêts à les servir comme ils le méritent. Il y a des signes de réactivation économique et nous sommes convaincus que les atouts du Costa Rica seront très recherchés en 2021 en tant que destination, les visiteurs auront un lien avec les valeurs essentielles de la vie, vivront des expériences uniques sans foule et en contact avec la nature, ils auront une diversité d’options de plein air, un pays avec un système de santé solide (l’un des meilleurs d’Amérique latine) et une population qui correspond à notre mantra, PURA VIDA.

ARTICLES RÉCENTS

Le tourisme en Colombie progresse de 20% en cette fin d’année
Le tourisme en Colombie progresse de 20% en cette fin d’année

LES INFOS D´AMERIQUE LATINE Le tourisme en Colombie progresse de 20% en cette fin d’année Bien que le secteur du tourisme ait été l'un des plus touchés par la pandémie, la présidente du Fond National du Tourisme en Colombie (FONTUR), Raquel Garavito, a déclaré que le...

lire plus

Partagez cet article :